1. Le client partage ses doutes : « Ça on ne sait pas vraiment… Certains substances causeraient des dommages pulmonaires irréversibles. »
  2. « C’est comme pour l’amiante, on n’a découvert sa nocivité que des années plus tard. »