1. « Voter, c’est tout ce qui nous reste à nous les pauvres. » se lamente un client du bar.
  2. « C’est par précaution… » lui répond-il.
  3. Et il s’explique : « Si je deviens riche, je serai bien content d’avoir voté pour lui. »